En mai, Oracle rachetait un spécialiste de la virtualisation : Virtual Iron. Oracle vient d’annoncer la fin des développements et de la vente de licences, au profit de ses technologies maison. L’avenir de Sun s’assombrit.

Après s'être emparé en mai d'un éditeur de solutions de virtualisation de serveurs basées sur Xen, Virtual Iron, Oracle a décidé de cesser la vente des licences et les développements.

Les entreprises exploitant les technologies de virtualisation de Virtual Iron ont ainsi appris que les logiciels de l'éditeur ne bénéficieraient plus de développements. Elles ne pourront pas non plus acquérir de nouvelles licences. Dans un courrier adressé aux revendeurs de Virtual Iron, Oracle indique en effet qu'il met un terme à leurs ventes.

Inquiétudes sur l'avenir des produits de virtualisation de Sun

L'éditeur va à présent amorcer l'intégration de sa propre solution de virtualisation (Oracle VM) avec les technologies de Virtual Iron. A terme, les entreprises clientes de Virtual Iron seront donc contraintes de migrer vers l'offre Oracle ou bien vers un autre hyperviseur du marché.

Quant au support, il reste assuré par les quinze salariés de Virtual Iron non licenciés par Oracle (tous les autres employés ont été remerciés par l'éditeur).

Cette décision d'Oracle de fermer une entreprise seulement un mois après son rachat laisse craindre la mort de multiples projets de Sun (racheté en avril), dans le matériel (dont Oracle ne voulait pas) et au sein des produits concurrents des applications Oracle.

Sun aurait ainsi d'ores et déjà enterré ses nouveaux processeurs Rock. Son offre de virtualisation, xVM pourrait bien connaître le même sort.

http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39700341,00.htm?xtor=RSS-1