« Même si une infrastructure de bureaux virtualisés (VDI) peut présenter des avantages pour l'entreprise, l'approche reste toutefois plus coûteuse et moins efficace qu'un déploiement de PC de bureau standards, » affirme une responsable de Microsoft dans un blog.

« Dans l'ensemble, comparée à un environnement de bureau bien géré, une VDI s'avère généralement 9 à 11% plus chère que l'environnement PC correspondant,» écrit ainsi Gavriella Schuster, responsable du groupe de gestion commerciale des produits Windows. Celle-ci fait également remarquer que les utilisateurs de bureaux virtuels se plaignent d'une « expérience... peu satisfaisante», en particulier du fait que « la performance des applications est directement liée à la connectivité du réseau. »

« Ce message a pour but d'aider les clients à décider dans quelles circonstances ils doivent utiliser la VDI, la virtualisation client ou les applications virtualisées, » a déclaré Gavriella Schuster dans une interview. « Microsoft fera payer les droits de licence du système d'exploitation, quelle que soit la manière dont l'OS est déployé, l'éditeur laissant toute liberté à ses clients quant au mode de redistribution de l'OS à leurs utilisateurs, » a t-elle ajouté. «Nos clients professionnels travaillent dans des environnements complexes avec des types d'utilisateurs très différents. Il y a donc des situations où l'application du VDI est évidente, » explique t-elle. « Chaque client aura une VDI, et nous essayons de les aider à comprendre à quoi elle peut servir et quand elle n'est pas adaptée. »

Quant aux estimations de coûts, établies sur la base d'une enquête réalisée auprès d'une centaine de clients ayant échangé leur expérience de déploiements VDI avec Microsoft, tous n'arrivent pas aux mêmes conclusions. Ainsi, « Computer Sciences Corp a comparé les coûts de fonctionnement de 5 000 ordinateurs de bureau avec 5 000 instances VDI pour constater que, dans l'ensemble, un bureau virtuel coutait 20 % de moins, » a déclaré dans une récente interview Phil Grove, directeur mondial des services de virtualisation de bureau pour l'utilisateur final chez CSC. Cette entreprise gère environ 1,2 million de postes de travail pour ses clients, dont quelques uns sous forme de bureaux virtuels. « Dans certains cas, la VDI peut même être plus rapide que les ordinateurs de bureau, selon le réseau et le datacenter, » a déclaré Phil Grove. Dans d'autres cas, en raison des besoins en bande passante et des capacités de traitement, il faut admettre que certains utilisateurs « auront toujours besoin d'un poste de travail. »

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-microsoft-minimise-les-avantages-du-vdi-30645.html