Gestion de parc - Migration vers Office 2010, déploiement de Windows 7 64-bit, virtualisation des applications métiers, audit d'Hyper-V... Le responsable de l'informatique scientifique de Rhodia fait le point sur les spécificités des migrations qu'il mène au sein du groupe de chimie.

ZDNet.fr - Quel est le calendrier de déploiement d'Office 2010 auprès des utilisateurs de l'informatique scientifique de Rhodia ?
Patrick Auvray, Rhodia -
Il faut rappeler en préambule que c'est la migration vers Windows 7 qui est le moteur de ce projet visant à fournir un nouveau poste de travail aux utilisateurs.

Office 2010 n'étant pas sorti en début d'année, nous avons donc commencé à travailler avec une population pilote sur la bêta du logiciel. Avec la sortie de la RTM, le déploiement va désormais s'accélérer, avec à terme 3.000 postes installés.

Nous en sommes pour le moment à environ 150 à 200 postes en production. D'ici la fin de l'année, nous devrions atteindre en tout 1.200 à 1.300 postes. Et pour ce qui concerne les postes restants, les plus difficiles à intégrer, les déploiements s'échelonneront sur 18 à 24 mois.

Quelle a été votre méthodologie en matière de compatibilité applicative ?
Nous intervenons sur différentes images métier, sept à huit, intégrant des groupes d'applications spécifiques à des populations d'utilisateurs. Pour la cinquantaine de gros applicatifs qui sont intégrés dans ces images métier, nous avons mobilisé des ressources dès le début du projet, et n'avons pas rencontré de points bloquants.

Les tests sur ces images ont démarré en 2009, dès les premières bêtas de Windows 7. La validation des applications est faite à 95%. Il nous reste à finaliser les tests de compatibilité des applications de une à deux images seulement.

Sur les 300 à 350 autres applications, qui viennent s'intégrer en complément sur les images métier, les tests de compatibilité vont se faire au fur et à mesure. Nous pouvons être agiles dans ce domaine car chaque poste reçoit peu d'applications. Cela permet ainsi de déployer des populations progressivement, en fonction de l'avancée de la validation.

Pour ces tâches, nous exploitons différents outils, y compris Microsoft Application Compatibility Toolkit.

Quelles sont les solutions envisagées en cas d'incompatibilité ?
La stratégie principale est de tenter de faire fonctionner nativement les applications sous Windows 7 et non de préserver le passé, via des solutions de virtualisation.

Nous avons donc notamment prévu un budget de mise à jour logicielle. La remédiation des incompatibilités passe aussi par l'application d'ACL - des droits sur des structures de fichiers ou registres -, des shims - leurres - applicatifs, etc.... Enfin, dans les cas les plus difficiles, nous devrions également être amenés à utiliser des technologies comme Med-V...

--> la suite de l'entrevue sur :

http://www.zdnet.fr/actualites/patrick-auvray-rhodia-c-est-le-poids-de-l-existant-qui-a-decide-du-choix-de-microsoft-39752897.htm#xtor=RSS-1