La dernière mouture de la distribution Red Hat Enterprise Linux (RHEL) utilise une technologie mémoire issue des supercalculateurs pour améliorer le rendement lié à la charge de travail.

Red Hat a peaufiné sa distribution Linux de classe entreprise. La version 6.3 de Red Hat Enterprise Linux (RHEL) qui vient de sortir affiche de nouvelles capacités en terme de stockage, de virtualisation, de sécurité, d'évolutivité et de performance. « C'est l'un des plus importants update effectués à ce jour », a déclaré Tim Burke, vice-président du développement technologique de Linux chez Red Hat. « Cette version profite de nombreuses optimisations en matière d'évolutivité et de performance pour cibler spécifiquement les déploiements de cloud virtualisés dans les datacenters ». Pour améliorer la performance globale, RHEL 6.3 propose une technologie appelée Numad (Non-Uniform Memory Alignement Daemon). Numad est elle-même une émanation de la technologie Numa (Non-Uniform Memory Architecture) de gestion de mémoire mise au point pour les supercalculateurs à mémoire distribuée à large échelle. Numad va aligner les données dans la mémoire de travail de façon à la rendre plus facilement accessible par le processeur travaillant sur les données. 

--> La suite est à voir sur le site : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-red-hat-entreprise-linux-63-vise-les-deploiements-cloud-a-grande-echelle-49430.html