Basée sur la stratégie de Fedora, cette nouvelle approche des restrictions de Windows 8 ajoute plus de flexibilité à l'ensemble.

La saga du démarrage sécurisé va bon train et, l'une après l'autre, les distributions Linux décident comment elles vont s'adapter aux restrictions programmées de Windows 8. Cette fois, c'est au tour de Suse Linux de s'exprimer sur le sujet, et ce que propose la distribution allemande ressemble à bien des égards à une approche hybride entre celle envisagée par Ubuntu et celle de Fedora. « La technologie de boot sécurisé UEFI est utile, et augmente la difficulté pour les attaquants éventuels qui tenteraient d'introduire un rootkit dans la séquence de démarrage », a expliqué mercrediOlaf Kirch, directeur du département Suse Linux Enterprise, dans un blog. « Mais en même temps, ces modalités de fonctionnement - à savoir faire confiance à un root unique - contredisent les principes du développement Open Source, dont la vocation est d'être indépendant et distribué », a-t-il poursuivi. «Une solution intelligente»

--> La suite est à lire sur le site : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-comment-suse-contourne-le-secure-boot-de-windows-8-50082.html